Notre blog

La "guerre" des rouges

Défis RH | 0 réactions | Dec 12, 2012 par Judith Champagne

L’an dernier, notre A-Th. relation de décembre traitait du thème passionnant des cadeaux d’entreprise.Peut-être avez-vous conservé l’article en question sur votre bureau, ou mieux, sur votre table de nuit ; peut-être même le serrez-vous, à l’instant, contre votre cœur, trouvant trop difficile la simple idée de vous en séparer, tant la finesse de son écriture et la justesse de ses arguments vous avaient conquis….

Rassurez-vous ! Cette année encore, nous allons faire se rencontrer les sphères du professionnel et du cadeau. Et comment mieux lier ces deux thèmes d’exception qu’en traitant, une fois n’est pas coutume, des « professionnels du cadeau » ?

Cette fois, nous exercerons notre œil critique sur deux cas d’écoles spécifiques dont nous allons tenter d’analyser les spécificités en termes de philosophie entrepreneuriale, gestion du personnel, répartition des tâches…

Deux « géants » emblématiques de ces périodes de festivités, j’ai nommé : le grand Saint Nicolas et papa Noël.

Il est on ne peut plus simple de dégager les grands points des philosophies managériales  de l’un et l’autre, ne fut-ce qu’en observant leurs titres respectifs :

  • Déjà, ce n’est pas anodin que Saint-Nicolas tienne à son adjectif (« grand »)…Représentative de sa culture paternaliste judéo-chrétienne, européenne, cette spécificité sous-tend un désir de marquer une position ascendante claire. L’aspect physique tend à renforcer cette attitude de distance : barbe cachant les expressions faciales, toilette cérémonieuse, signes ostentatoires de richesse (bagues, crosse en or, etc)… C’est moi le chef, quoi…
  • Papa Noël, lui, surfe davantage sur un côté « sympatoche ». Son image semble en lien avec une forme de culture nord américaine contemporaine, marquée par la déclaration des droits de l’homme, induisant proximité et pseudo-égalité (parce que dans le fond, c’est quand même lui qui décide). Son style vestimentaire plus « casual » allié à sa bonhommie bienveillante, tendent à lui donner l’image d’un chef accessible opposé à toute autorité hiérarchique. A vérifier….

Deux figures dirigeantes aux styles marqués donc, pour deux entreprises à taille et gestion, encore une fois, différentes :

  • Du côté de Saint-Nicolas, on est dans une entreprise de taille moyenne, une PME, si on peut le dire ainsi, active exclusivement à l’intérieur des frontières de l’Europe continentale. Bien que très anciennes, plus anciennes que celles de son concurrent papa Noël, les activités se maintiennent sans se développer, et ce, depuis de nombreuses années. On peut donc suspecter des lacunes en termes de stratégie commerciale à moyen et long terme, ou peut-être un sérieux souci d’efficacité en R&D. Sauf, bien sûr s’il s’agit d’une volonté établie de maintenir sans développer, mais, attention, dans ce cas, à la concurrence, qui pourrait en profiter…
  • L’entreprise  papa Noël, active à l’échelle mondiale, affiche, justement, clairement son ambition de développement avec, ma foi, pas mal de succès ! Sa croissance géographique, par exemple, a ainsi réussi à concurrencer et même parfois dépasser les activités du Saint-Nicolas, sur son propre territoire, en une grosse vingtaine d’années. Niveau marketing, papa Noël n’hésite pas à multiplier les partenariats avec des marques renommées : Coca-Cola, Apple, etc…Mais, qui trop embrasse, mal étreint, et il est pertinent de se demander si, à tant vouloir étendre son marché, papa Noël, ne risque pas, à moyen terme, de voir ses services diminuer en qualité, son image de marque galvaudée et ses chiffres chuter…La croissance, c’est bien, mais il faut, si on veut l’asseoir dans le long terme, veiller à ce que la production suive… Attention, là, papa Noël !

 

Dernier point d’attention, la gestion du personnel :

  • Chez Saint-Nicolas, on notera une équipe plutôt réduite au vu de la charge de travail, puisqu’on ne compte, en tout et pour tout, que 3 collaborateurs, dont un à 4 pattes. Peu d’évolutions possibles pour l’équipe, le directeur gérant, à lui seul, la quasi-totalité des activités liées au « core business » de l’entreprise. De cet état de fait émerge également une impossibilité concrète de faire face à une absence et à un remplacement du grand Saint… Seul autre collaborateur humain, le « Père fouettard » est responsable d’une sous-branche, qui, bien que cohérente avec la philosophie manichéenne de l’entreprise, est, dans la réalité concrète de ses activités, différente, si pas diamétralement opposée. Envisager des mobilités pour les membres de l’équipe nécessiterait donc pas mal de formations, préparations, voir épilation (pour l’âne).
  • Papa Noël, lui, gère une équipe plus importante (même si toujours réduite au regard de la charge de travail), organisée en départements : départements « rennes », « elfes courrier », « elfes jouets »,… Papa Noël porte donc, en plus de sa fonction de direction et ses activités de distribution, une réelle casquette GRH. Nous n’avons, malheureusement, pas réussi à obtenir d’entretiens avec les deux organisations sociales, la FFFCC (Fédération Finlandaise des Fournisseurs de Cadeaux Centristes) et l’AERU (Association des Elfes et Rennes Unis, plus à gauche), mais la gestion globale semble se passer assez sereinement : formation des nouveaux assurée en interne, plans de retraites avantageux, et assurance groupe. Reste à savoir si la croissance échevelée déjà évoquée, ne mènera pas papa Noël à sa perte… Pour faire face à la nouvelle demande, il est probable que les modes de fonctionnement ancestraux soient remplacés par des techniques plus modernes (traineau supersonique, gestion informatisée du courrier, délocalisation du département jouets à des elfes taïwanais,…), d’où vagues de licenciements et restructuration, qui porteront, à coup sûr, un coup dur à l’image externe et interne de papa Noël…

Et oui, tout gestionnaire d’entreprise doit faire face à ses propres challenges…Mais Saint-Nicolas et papa Noël sont bien seuls, les pauvres, alors que vous, vous pouvez faire appel, par exemple (je dis ça, comme ça), aux consultants A-Th. pour des conseils et un support dans votre gestion stratégique RH.

Ceci dit, espérons que, cette année encore, et Saint-Nicolas, et papa Noël, puissent mener à bien leur mission, pour le plaisir des petits et grands…. De notre côté, nous vous souhaitons de très joyeuses fêtes, et beaucoup de bons moments !

 

 

Partagez

Réactions (0)