Notre blog

La porte du destin

Objectif emploi | 0 réactions | Nov 24, 2014 par André et Christine Thioux

Il est si ordinaire à l’homme de n’être pas heureux, mais l’homme qui n’est pas né heureux pourrait le devenir si l’envie dépasse sa morosité, si l’envie dépasse son infortune et crée son avenir

La porte
du destin

Article proposé par André et Christine Thioux

A la devanture du bureau, une simple plaque : A-Th Outplacement - Career Management

Elle entra.

- Qu’y a-t-il ? pour votre service Madame ? 

- Je voudrais quelques renseignements sur vos activités. 

- Avec plaisir, mais puis-je d’abord vous connaître un peu pour mieux vous répondre. 

Et elle parla de son passé, de son présent.
Elle cherchait de l’emploi, son employeur s’en était séparée; elle était divorcée et avait des enfants à charge. Son mari ne payait rien. Elle était repartie vivre chez sa maman pour une question d’argent. Elle avait peur, peur de l’avenir, peur pour ses enfants. Peur…

- Pouvez-vous m’aider ? Osa-t-elle.
- Oui, en vous apprenant à vous aider vous-même et pour commencer, n’oubliez pas de vivre.

 

A  la devanture du bureau, une simple plaque : A-Th Outplacement - Career Management 

Il entra.

- Que puis-je pour vous aider Monsieur ?

- On m’a dit que vous me trouverez un travail, mais je sais que ce n’est pas possible vu mon âge. On m’a dit que c’était obligatoire de m’inscrire pour ne pas perdre mon chômage. 

- Entrez, nous allons vous expliquer mais avant, racontez-nous ce qui vous arrive.

Et il parla. Marié, sa femme ne travaille pas. Des enfants dont deux sont encore à charge ; il a des dettes, un de ses deux adolescents est difficile, il se drogue et le rejette. L’autre ne fait rien ; il double, redouble. Il ne sait que faire, l’avenir est sombre ; l’avenir n’existe plus pour lui.

 

A la sortie du bureau, un simple mot : merci !

Nous ouvrâmes la porte :

- C’était la dernière rencontre !

- Oui et j’en suis presque triste…

Lorsqu’on ne se voit plus, c’est que les nouvelles sont bonnes !

Nous parlâmes du chemin parcouru, de cette part d’histoire de vie vécue ensemble parfois dans la douleur, parfois dans la joie et toujours dans l’espoir et la croyance intacte d’un avenir meilleur et d’un succès futur

Nous nous dîmes au revoir, nous remerciant silencieusement de tout ce que nous nous fûmes apportés mutuellement.

Car la plus grande richesse de la relation d’aide, nous en sommes certains, est la chance qu’il nous est donnée de notre redécouverte personnelle perpétuelle.

Partagez

Réactions (0)